Catégories

Comment fonctionne la musicothérapie ?

Comment fonctionne la musicothérapie ?

La musicothérapie n’est pas un moyen de traitement nouveau. Il y a bien longtemps, de nombreuses théories soutenaient les bienfaits de la musique sur la santé. Cependant, faute de preuves concrètes, il y avait plus de sceptiques que de gens qui y croyaient. Aujourd’hui, grâce à l’imagerie médicale, les voiles sont levées et les effets de la musicothérapie sont bien démontrés. Si vous n’avez aucune idée de ce dont il s’agit, voici un tour d’horizon sur le sujet.

Musicothérapie : de quoi s’agit-il ?

Si vous n’entendez parler de la musicothérapie que maintenant, c’est pourtant un moyen de traitement dont les origines remontent à bien longtemps. En 1954, l’ingénieur de son Jacques Jost croyait en la capacité de la musique à baisser certains troubles ou à les stabiliser. C’est alors l’origine de la musicothérapie.

Lire également : Genshin Impact sur Switch : projet abandonné ?

Ces dernières années, plusieurs études ont attesté les effets de la musique, ce qui a permis une démocratisation de ce moyen de traitement. Mais en réalité, de quoi s’agit-il ? La musicothérapie consiste à utiliser de la musique, des sons ou des gestuelles pour soulager ou stabiliser certaines pathologies mentales, et même physiques.

Cependant, en soi, la musicothérapie n’est pas un moyen de traitement autonome. Elle ne peut qu’être utilisée en complément à d’autres moyens de traitement. Selon les cas, les patients peuvent être sujets à la musicothérapie active ou à celle dite passive.

A lire également : Comment utiliser le CBD pour les animaux ?

Dans le premier cas, le patient intervient dans la création du son. Il peut donc choisir un instrument, jouer une mélodie ou improviser une chanson. Pour la musicothérapie passive ou réceptive, le patient ne participe pas à la production des mélodies, mais va seulement les écouter pour différentes fins.

Pour finir, la musicothérapie doit obligatoirement être effectuée par un musicothérapeute. Titulaire d’un diplôme universitaire, il est le seul à pouvoir vous accompagner de façon optimale dans la démarche.

Fonctionnement et effets de la musicothérapie : ce qu’il faut savoir

musicothérapie

Chaque musicothérapeute a sa façon d’opérer. Cependant, le principe de fonctionnement reste le même dans tous les cas. En réalité, les histoires des individus peuvent être liées à des musiques en particulier. Quand ceux-ci ont le choix (cas de la musicothérapie active), ils peuvent choisir ou jouer des musiques intimement reliées à des souvenirs profonds.

La plupart du temps, sans le vouloir, ils peuvent choisir des musiques enfouies dans leur subconscient qui rappellent des souvenirs presque oubliés. Par contre, la musicothérapie passive va débloquer certaines zones du cerveau, car les sons ainsi que les rythmes choisis sont effectués en fonction des besoins du patient.

Comment se déroule une séance de cette thérapie ?

Avant de commencer une séance, le professionnel fait le point des besoins de chaque patient et leur fait écouter des extraits musicaux. Dans le cas d’une écoute active, celui-ci peut jouer la musique qui lui convient. La séance peut s’accompagner d’un dialogue ou non selon les cas. Néanmoins, un petit entretien est généralement nécessaire pour s’assurer que chacun repart avec de bonnes énergies.

Quels sont les effets de la thérapie ?

Vous l’aurez compris, les effets de la musicothérapie sont nombreux et variés. Dans les bienfaits qu’on reconnaît à cette thérapie basée sur la musique, la stabilisation des patients atteints de schizophrénie est un point important. C’est une pathologie dont l’une des implications est l’isolement.

La musicothérapie va donc faciliter les interactions sociales et optimiser l’intérêt du patient pour des événements. En conclusion, il sort de l’isolement, ce qui améliore son état.

Dans le monde actuel, surtout avec ce rythme de vie rapide axé sur l’atteinte des objectifs, il est plus facile de souffrir de stress et d’anxiété. Heureusement, il est démontré que la thérapie diminue grandement le taux de cortisol dans l’organisme. En lieu et place de cette hormone, des endorphines sont libérées pour apaiser et calmer le patient.

De nombreuses études ont également prouvé les effets de la musicothérapie dans le traitement des douleurs. À titre d’exemple, les patients qui optent pour la thérapie voient la quantité de morphine utilisée baisser. Ils tolèrent alors la douleur ou en sont moins sensibles.

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson y voient un moyen de traitement complémentaire efficace. La musicothérapie améliore la coordination motrice de ces derniers.

Les patients atteints de démence ont un état émotionnel stabilisé. Ils sont moins agressifs et peuvent facilement se sociabiliser.

Les différentes approches de la musicothérapie : une analyse comparative

Il existe plusieurs approches en matière de thérapie musicale. Parmi les plus courantes, on peut citer la réceptive, l’active et la combinée.

Dans ce type d’approche, le patient joue un rôle actif dans sa guérison en choisissant les morceaux qui lui conviennent. Cette méthode est souvent utilisée pour aider des personnes atteintes d’autisme ou ayant des difficultés à communiquer avec autrui.

Par exemple, jouer du tam-tam permet aux patients malentendants de ressentir les vibrations produites par cet instrument et ainsi mieux appréhender leur environnement sonore.

• La musicothérapie passive

Cette technique consiste pour le patient à écouter simplement de la musique choisie par le professionnel selon ses besoins. Le but étant que celle-ci agisse sur son mental et ses émotions sans qu’il n’intervienne activement dans cette démarche.

La relaxation profonde est généralement recherchée avec cette approche. Elle aide notamment ceux souffrant d’anxiété ou encore de dépression.

Des études ont aussi montré que cette technique pouvait améliorer l’état général des patients subissant une intervention chirurgicale grâce à une diminution notable du stress avant et après l’opération.

Comme son nom l’indique, cette approche combine les deux techniques précédentes. Le patient participe à la création musicale tout en écoutant des morceaux choisis par le thérapeute. Il est aussi invité à exprimer ses émotions et son vécu lors de ces sessions.

Cette technique est souvent utilisée pour aider les personnes ayant subi un traumatisme ou encore celles souffrant d’un trouble du comportement alimentaire.

Il faut noter que chaque méthode a sa propre efficacité selon la pathologie qu’elle traite. Toutefois, il arrive que deux types de musicothérapie soient combinés afin d’amplifier leurs effets positifs sur le patient.

La musique étant présente dans notre vie quotidienne, elle peut être utilisée dans divers domaines selon les besoins spécifiques des patients :

La musique adoucit les mœurs dit-on ! Ce proverbe s’avère très vrai pour ceux qui sont hospitalisés. Elle permet une réduction du stress chez ces derniers en favorisant leur détente et donc leur récupération plus rapide.

Dans ce cadre, la musicothérapie passive est largement privilégiée avec notamment l’utilisation d’instruments doux tels que le violoncelle ou encore le piano.

• Les centres de retraite

Les maisons de retraite sont souvent synonymes d’isolement social pour les seniors qui y sont hébergés. La musicothérapie permet de stimuler leur mémoire, et l’écoute de chansons ayant marqué leur jeunesse favorise divers échanges entre les différents pensionnaires.

• Les troubles du développement chez l’enfant

L’autisme est un trouble qui affecte environ 1 personne sur 100 dans le monde. Ce trouble se manifeste par une interaction limitée avec autrui et des comportements répétitifs.

La musicothérapie active est alors souvent employée pour aider ces enfants à s’exprimer dans un environnement plus réceptif que celui proposé lors d’une simple thérapie verbale.

Comment choisir un thérapeute en musicothérapie : conseils pratiques

Comment choisir un thérapeute en musicothérapie : conseils pratiques

La musicothérapie étant une discipline encore peu connue du grand public, il est capital de bien choisir son thérapeute. Voici quelques critères à prendre en compte :

1• Les qualifications professionnelles

Il est capital de bien s’informer sur les techniques employées par votre futur praticien afin qu’elles correspondent à vos attentes et besoins spécifiques.

2• Le premier contact avec le musico-thérapeute

Avant toute prise de rendez-vous, il peut être intéressant d’avoir un entretien téléphonique ou même de rencontrer directement votre futur thérapeute si cela est possible. Cela vous permettra déjà de cerner sa personnalité mais aussi ses méthodes de travail et d’appréhender son approche personnelle.

Il est capital de vérifier si le praticien est inscrit à un annuaire professionnel ou s’il appartient à une association reconnue dans le domaine. Tout cela doit vous permettre d’avoir des garanties sur sa formation, ses compétences et l’éthique qui encadre sa pratique.

Même si la musicothérapie ne repose pas sur la relation verbale comme les thérapies classiques, il est capital de rappeler que chaque personne réagit différemment aux traitements en matière de musicothérapie. Les résultats peuvent donc varier selon les individus. L’important est d’avoir pris conscience des bienfaits qu’elle peut apporter tant sur notre corps que notre esprit.

Articles similaires

Lire aussi x